Horreur à Paris...
Emmanuel Macron dénonce le «fléau de l'antisémitisme» après le viol d'une adolescente juive

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé mercredi, au cours du Conseil des ministres, le «fléau de l'antisémitisme» après le viol d'une adolescente juive près de Paris, et démandé «un temps d'échanges» dans les écoles autour du racisme et de l'antisémitisme.
Publié: 19.06.2024 à 15:14 heures
|
Dernière mise à jour: 19.06.2024 à 16:09 heures
Emmanuel Macron a dénoncé mercredi le «fléau de l'antisémitisme» après le viol d'une adolescente juive. le président français a par ailleurs demandé «un temps d'échanges» dans les écoles autour du racisme et de l'antisémitisme.
sda-logo.jpeg
ATS Agence télégraphique suisse

Le viol d'une adolescente juive près de Paris continue de susciter l'indignation en France. Le président français Emmanuel Macron a ainsi dénoncé mercredi, au cours du Conseil des ministres, le «fléau de l'antisémitisme». Il a par ailleurs demandé «un temps d'échanges» dans les écoles autour du racisme et de l'antisémitisme.

Le chef de l'Etat a eu des «paroles solennelles et graves sur le fléau de l'antisémitisme» au cours du Conseil des ministres, a indiqué son entourage.

Il a «demandé à la ministre» de l'Education nationale Nicole Belloubet «qu'un temps d'échanges puisse être organisé dans les prochains jours dans les écoles au sujet de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, pour que les discours de haine porteurs de lourdes conséquences ne s'y infiltrent pas», a-t-on ajouté.

Consternation unanime des politiques

Les réactions politiques se multiplient, en pleine campagne pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet, après la mise en examen mardi de deux adolescents de 13 ans pour viol en réunion, menaces de mort, injures et violences à caractère antisémite sur une adolescente de 12 ans.

Le leader du parti d'extrême gauche LFI Jean-Luc Mélenchon, régulièrement accusé par ses opposants de tenir des propos ambigus sur l'antisémitisme, a dénoncé sur X un acte motivé par le «racisme antisémite».

A l'opposé de l'échiquier politique français, Marine Le Pen, figure de proue du parti d'extrême droite Rassemblement national (RN), en tête dans les sondages d'avant-législatives, a évoqué sur la même plateforme une «stigmatisation des juifs depuis des mois par l'extrême gauche».

Publicité

Les faits ont été dénoncés par l'adolescente samedi soir. Selon une source policière, la mineure a indiqué avoir été abordée par trois adolescents et entraînée dans un hangar alors qu'elle se trouvait dans un parc proche de son domicile avec un ami.

Les suspects l'ont frappée et «lui ont imposé des pénétrations anales et vaginales, une fellation, tout en lui proférant des menaces de mort et des propos antisémites», a précisé cette source.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la