Dynamique positive pour le transport aérien
Swiss poursuit son redressement au deuxième trimestre

Swiss a confirmé au deuxième trimestre la dynamique positive observée en début d'année, lui permettant de boucler la première moitié de l'année sur des recettes en hausse de plus d'un tiers.
Publié: 03.08.2023 à 09:45 heures
Swiss s'attend à voir se poursuivre la tendance positive observée au deuxième trimestre. Pour l'ensemble de 2023, elle espère toujours rétablir ses capacités à 85% de celles de 2019 et les étoffer encore en 2024.

La filiale du géant allemand Lufthansa, Swiss, poursuit son redressement au deuxième trimestre et boucle ainsi la première moitié de l'année sur des recettes en hausse de plus d'un tiers, alors que son résultat d'exploitation a été quasiment quintuplé. Dopés par le renchérissement du prix moyen des billets, les produits d'exploitation ont décollé de 37,8% à 2,5 milliards de francs sur les six premiers mois de l'année. «Comme l'ensemble du secteur, nous avons profité d'une demande de voyages aériens encore nettement supérieure à l'offre», a indiqué le directeur financier Markus Binkert, cité jeudi dans un communiqué.

Le résultat d'exploitation est ressorti à 338,3 millions de francs, contre 67 millions au premier semestre 2022, une performance que le transporteur à croix blanche explique notamment par la restructuration entamée en 2021, qui lui a permis d'atténuer sensiblement la hausse des coûts à laquelle l'ensemble du secteur aérien est confronté. «Nous sommes désormais définitivement sortis de la pandémie de coronavirus et disposons d'une assise financière solide pour faire face aux incertitudes à venir», a poursuivi le directeur financier, signalant un contexte économique toujours instable et des risques multiples.

Un rebond de 41% du nombre de passagers

En termes de trafic, le nombre de passagers transportés entre janvier et juin a rebondi de 41% sur un an à 7,5 millions et celui de mouvements d'aéronefs de près d'un tiers à plus de 61'000. Le coefficient moyen d'occupation s'est établi à 83,3%, en hausse de 9,6 points de pourcentage (pp) par rapport aux six premiers mois de 2022.

La filiale de Lufthansa s'attend à voir se poursuivre la tendance positive observée au deuxième trimestre. Pour l'ensemble de 2023, elle espère toujours rétablir ses capacités à 85% de celles de 2019 et les étoffer encore en 2024. Par rapport à la dernière année avant l'éclatement de la crise sanitaire, ces dernières se sont établies à environ 87% au deuxième partiel.

Lufthansa a plus que tripler son bénéfice net au deuxième trimestre

De son côté, le premier groupe européen du transport aérien Lufthansa a fait plus que tripler son bénéfice net au deuxième trimestre sur un an, grâce à la forte demande de voyages, et s'attend à enregistrer l'un des meilleurs résultats annuels de son histoire. Lufthansa a dégagé un bénéfice net de 881 millions d'euros (846,4 millions de francs), contre 259 millions au deuxième trimestre 2022, a-t-il indiqué dans un communiqué jeudi, après un hiver dans le rouge, période moins propice aux voyages.

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 17% à 9,38 milliards d'euros, dopé par la hausse de la demande de vols passagers, qui augmente de 14% sur un an, et par les prix des billets, 25% plus chers qu'au deuxième trimestre 2019, a précisé à la presse Denis Weber, responsable des relations avec les investisseurs. Il s'attend pour le troisième trimestre à un résultat opérationnel dépassant celui de l'année 2019, celle d'avant la pandémie qui avait mis le groupe à genoux (1,3 milliard d'euros à l'époque).

Publicité

Un des meilleurs résultats de l'histoire du groupe allemand

Pour l'année complète, le résultat opérationnel devrait atteindre 2,6 milliards d'euros, en hausse par rapport aux 1,5 milliard dégagés en 2022. Ce serait l'un des trois meilleurs résultats de l'histoire de Lufthansa, avec ceux de 2017 et 2018, a précisé Denis Weber. Et ce, alors que le nombre de passagers, en hausse à 33,3 millions au deuxième trimestre, reste inférieur à celui d'avant la pandémie, équivalant à 84% du deuxième trimestre 2019.

La capacité offerte reste également inférieure à son niveau d'avant crise, à 83% du niveau du deuxième trimestre 2019. «Dans les mois à venir, nous continuerons à travailler pour nous rapprocher le plus possible de nos objectifs de 2024 dès l'année en cours», a déclaré Remco Steenbergen, directeur financier de l'entreprise.

Le groupe a également réduit sa dette à un niveau inférieur à celui d'avant la pandémie.

(ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la