Disparu il y a plus d'un an
Un pistolet-mitrailleur de la police fribourgeoise est introuvable

Dans le canton de Fribourg, un pistolet-mitrailleur de service et ses munitions sont introuvables, comme l'a révélé la RTS le mardi 16 avril. Une enquête administrative et pénale ont été ouvertes — sans succès.
Publié: 17.04.2024 à 14:27 heures
L'arme disparue est un pistolet-mitrailleur HK MP5, capable de tirer en rafale (capture d'écran de l'émission de la RTS concernée).
Blick_Daniella_Gorbunova.png
Daniella GorbunovaJournaliste Blick

Encore une arme de fonction qui s'est volatilisée dans la nature. À Fribourg, cette fois. Un pistolet-mitrailleur de type HK MP5, ainsi que ses munitions, sont introuvables depuis plus d'un an, a révélé le Pôle enquête de la RTS le mardi 16 avril au soir. 

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Pour mémoire, en mars dernier à Genève, un homme avait tiré sur un café déserté de nuit avec une arme subtilisée dans un véhicule de la police. Une seconde arme, elle aussi supposément dérobée dans une voiture des forces de l'ordre genevoises, reste toujours introuvable.

Chronologie floue

Du côté de Fribourg, le contexte semble encore moins limpide: d'après nos confrères, le 31 janvier 2023, on constate qu'une «arme longue, trois magasins de munitions et une sacoche manquent dans un véhicule de police».

Ce véhicule aurait été «immobilisé en raison de la neige après une intervention dans le sud du canton», mais «le matériel sensible se trouvant à l'intérieur» aurait cependant été ramené au poste de Vaulruz. Le service public ne donne pas plus de précisions.

Trois pistes privilégiées

Une plainte pénale a été déposée auprès du Ministère public, une enquête ouverte. Un signalement à RIPOL, le système national de recherches de personnes et d'objets, exploité conjointement par la Confédération, notamment la police fédérale (Fedpol) et les cantons, a été fait. En vain: en octobre dernier, le procureur général Fabien Gasser rend une ordonnance qui suspend les recherches, faute de résultats.

Si l'enquête diligentée n'a pas permis d'établir ce qu'il s'est véritablement passé, ni de retrouver le matériel, les forces de l'ordre disent privilégier trois pistes: «une perte lors d'une opération de police, un vol interne ou externe (appropriation illégitime), ou encore une erreur dans le processus de rangement ou de stockage». Pour l'heure, aucun fait divers n'aurait été lié à ce vol.

Publicité


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la