Des politiciens accusent la pratique
Le système du ticket pour les élections au Conseil fédéral est-il autorisé?

Que se passera-t-il lors des élections fédérales de mercredi? Le conseiller aux Etats du Centre Pirmin Bischof jette une nouvelle fois de l'huile sur le feu avec une déclaration à la SRF. Selon lui, le système du ticket est discutable.
Publié: 09.12.2023 à 19:02 heures
|
Dernière mise à jour: 09.12.2023 à 19:05 heures
1/5
Si l'on en croit le PS, l'un des deux devrait devenir conseiller fédéral: Beat Jans (à g.) Jon Pult (à dr.).
RMS_Portrait_AUTOR_1050.JPG
Sophie Reinhardt

Qui siègera l'année prochaine au gouvernement fédéral? Nous le saurons au plus tard la semaine prochaine, puisque les élections au Conseil fédéral auront lieu mercredi.

Il s'agira alors de désigner le successeur d'Alain Berset. Mais en même temps, tous les autres membres du gouvernement doivent être confirmés. Les deux sièges du PLR au Conseil fédéral ne font pas l'unanimité. Les Vert-e-s s'attaquent à l'un de ces sièges avec leur candidat au Conseil fédéral Gerhard Andrey.

Pas fan du système de ticket

Souvent, les élections au Conseil fédéral sont prévisibles, car le Parlement se prononce en faveur d'un candidat ou d'une candidate proposé au préalable par son propre parti sur ce que l'on appelle un ticket. Dans le cas du PS, il s'agit actuellement de Beat Jans et Jon Pult. La semaine prochaine, le suspense pourrait-il encore durer?

Ce vendredi, le Centriste Pirmin Bischof a surpris tout le monde avec une déclaration particulière. Et pour une fois, il est du même avis que l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher. «Du point de vue du droit constitutionnel, le système de ticket pour les élections au Conseil fédéral n'est pas autorisé», a déclaré le Soleurois dans une émission de la SRF.

Plaidoyer pour une candidature sauvage

Le système qui consiste à n'élire sur un ticket que les candidats que le parti définit comme ayant un siège vacant au Conseil fédéral a été «inventé» après l'éviction de Christoph Blocher, explique le conseiller aux Etats. «Ce n'était pas une bonne idée!» ajoute-t-il. Le mot «ticket» nous est en fait familier au théâtre et au cinéma, c'est là qu'il a sa place», poursuit Pirmin Bischof.

Le modérateur Sandro Brotz rétorque: Pirmin Bischof vient-il de faire un plaidoyer pour l'élection d'un candidat «sauvage» lors des élections fédérales de mercredi prochain? Le conseiller aux Etats du Centre assume: «Exactement!» Il n'a toutefois pas expliqué pourquoi le Centre n'est pas satisfait des deux hommes du PS, alors qu'ils ont été auditionnés par son parti mardi dernier.

Publicité

Le PS ne se laisse pas impressionner

L'UDC Alfred Heer s'est également montré insatisfait de la sélection des candidats du PS: Beat Jans et Jon Pult sont «des jumeaux identiques qui parlent simplement un dialecte différent». Il assure que l'UDC est déçue, et que le parti en discutera lors de la réunion du groupe mardi prochain pour savoir s'il s'en tiendrait au ticket du PS, ou non. Il ne croit toutefois pas à une surprise mercredi.

Le futur conseiller national PS David Roth a considéré les théories exprimées par les autres partis comme une «tempête dans un verre d'eau», qui est certainement bonne pour la dramaturgie de l'émission. Mais il n'a aucune inquiétude quant à l'élection de mercredi, a-t-il déclaré.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la