301 voix contre 34
L'UDC dit non à la 13e rente AVS

Les délégués de l'UDC, malgré des positions favorable ou neutre dans des branches cantonales, recommandent de rejeter l'initiative pour une 13e rente AVS. Selon eux, ce projet est bien trop coûteux.
Publié: 27.01.2024 à 14:57 heures
Le conseiller fédéral Albert Roesti s'exprime sur les initiatives concernant les rentes à l'occasion de l'assemblée des délégués de l'UDC Suisse ce samedi 27 janvier 2024 à Buerglen dans le canton d'Uri.

Les délégués de l'UDC recommandent le rejet de l'initiative pour une 13e rente AVS, soumise en votation populaire le 3 mars. Ils ont dit non par 301 voix contre 34 et 13 abstentions. Pour les délégués de l'UDC réunis samedi en assemblée à Bürglen (UR), l'initiative des syndicats est trop coûteuse. La facture se monterait à 5 milliards de francs, selon les opposants. La trentaine de voix en faveur du projet sont venues des sections romandes et du Tessin.

Parmi la douzaine d'orateurs qui se sont exprimés samedi, seul le conseiller national valaisan Jean-Luc Addor a défendu le projet. «Nous sommes le parti du peuple», a-t-il déclaré, ajoutant que la gauche n'a pas le monopole pour défendre le pouvoir d'achat. Les rentiers ont droit à une rente qui leur permette de vivre dignement, nous leur devons ça, a-t-il plaidé devant les délégués.

Parmelin et Rösti contre

Mais le camp du non était bien relayé. Les deux conseillers fédéraux UDC ont plaidé pour le rejet de cette initiative. Guy Parmelin a déclaré que si la Confédération devait payer plus pour l'AVS, il faudrait économiser ailleurs. Voter non, c'est voter dans l'intérêt de la classe moyenne et des seniors, a renchéri Albert Rösti.

Daniel Lampart, économiste en chef de l'Union syndicale suisse (USS), était l'invité de l'UDC pour défendre l'initiative. Pour la première fois, les problèmes de pouvoir d'achat touchent aussi la classe moyenne, a-t-il rappelé. Ces gens attendent que la politique «fasse quelque chose pour eux». L'argent pour cette rente supplémentaire est disponible.

Bien que le score samedi à Bürglen soit sans appel, l'UDC est divisée sur cet objet de votation. La section tessinoise a décidé de laisser la liberté de vote, tout comme celle du Valais romand. La section genevoise a décidé de soutenir l'initiative des syndicats. En revanche, l'UDC du canton de Vaud a recommandé le non, mais sur un score très serré.

(ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la