Un nouvel espoir?
Novartis revendique un succès clinique contre la leucémie

Novartis rapporte que son traitement expérimental Scemblix surpasse le standard actuel dans la prise en charge de la leucémie myéloïde chronique. La firme vise une homologation prochaine.
Publié: 08.01.2024 à 10:49 heures
La firme entend déposer des demandes d'homologations dans le courant de l'année. (KEYSTONE/Georgios Kefalas)

Novartis indique lundi observer en étude clinique une supériorité de son Scemblix sur le standard thérapeutique actuel de prise en charge de patients diagnostiqués pour une leucémie myéloïde chronique positive au chromosome de Philadelphie, après 48 semaines. La firme entend déposer des demandes d'homologations dans le courant de l'année.

Le traitement pour l'heure expérimental a démontré un taux de réponse significatif tant sur le plan statistique que sur le plan clinique, remplissant ainsi les deux critères primaires d'évaluation fixés pour le programme Asc4first, assure le groupe bâlois dans un communiqué, sans pour l'heure détailler l'ampleur de ces avantage. Le Scemblix (asciminib) dispose en outre d'un profil d'innocuité plus favorable que le cocktail d'imatinib, nilotinib, dasatinib et de bosutinib (TKIs), généralement administré à ces patients.

Novartis prévoit de détailler les résultats obtenus à l'occasion d'un prochain congrès médical. Dans l'intervalle, le laboratoire souligne que plus de 60% des personnes atteintes de leucémie myéloïde chronique positive au chromosome de Philadelphie échouent à présenter une réponse moléculaire aux TKIs au bout d'un an et que les effets secondaires de ce type de prise en charge amènent un quart des patients à abandonner le traitement avant cinq ans.

Le programme Asc4first se poursuit, avec un nouveau point de situation prévu lorsque les données sur 96 semaines de traitement seront disponibles.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la