«Tu entendras parler de moi»
Le dernier message glaçant du meurtrier de Nashville

Six personnes sont mortes dans une fusillade dans l'Etat américain du Tennessee. Le dernier message du tireur Audrey Hale – alias Aiden Hale – vient d'être publié. Il y fait ses adieux à une amie et a annoncé que «quelque chose de grave» allait se produire.
Publié: 30.03.2023 à 10:56 heures
1/6
Lundi matin, Aiden Hale a tué six personnes dans une école primaire chrétienne privée dans l'État américain du Tennessee.
Babic Fabian

Quelques minutes seulement avant le massacre de Nashville, le meurtrier Audrey Hale – alias Aiden Hale, son prénom masculin – a écrit un message à son amie. Ce sont les derniers mots qu'il a tapés sur son téléphone portable. «Je prévois de mourir aujourd'hui.» Avec insistance, il ajoute en lettres capitales: «Ce n'est pas une blague!»

Lundi matin (heure locale), Aiden Hale tue six personnes dans une école primaire chrétienne privée dans l'État américain du Tennessee. Ses victimes: trois enfants de neuf ans et trois adultes – dont la directrice de l'école. Il était armée de deux fusils d'assaut et d'une arme de poing. Au deuxième étage de l'école, Aiden a été abattu par la police après un échange de coups de feu.

«Quelque chose de grave va arriver»

À 9:57, le tireur fou écrit un message sur Instagram à Averianna P.* – les deux étaient autrefois coéquipiers dans l'équipe de basketball de l'école. «Après ma mort, tu entendras parler de moi aux informations», peut-on lire dans le texte que la chaîne WTVF s'est procuré. Aiden Hale fait ses adieux. Il écrit: «Je t'aime. Nous nous reverrons dans une autre vie.»

L'amie du meurtrier réagit, inquiète: «Audrey! Tu as encore tellement de vie devant toi. Je prie pour que Dieu te protège et te préserve.»

En vain. Celui-ci répond: «Je sais, mais je ne veux plus vivre. Je suis terriblement désolé.» Et de poursuivre: «Je dois simplement mourir.» Il voulait que son amie soit la première à être au courant, car elle est «la plus belle personne que j'ai jamais rencontrée dans toute ma vie.»

Le message suggère qu'Aiden Hale avait planifié son acte en secret: «Ma famille ne sait pas ce que je vais faire.» Mais il ne voulait pas emporter son mobile dans la tombe: «Un jour, tout cela aura beaucoup plus de sens. J'ai laissé plus de preuves qu'il n'en faut», écrit-il à son amie. Puis son dernier message: «Quelque chose de grave va arriver.» Quelques instants plus tard, il tire sur la porte d'entrée de l'école et réussit à y pénétrer.

Publicité

Premiers indices du mobile trouvés

Aiden Hale était auparavant élève de l'école privée chrétienne de Nashville. Selon l'état actuel de l'enquête, on part du principe que le massacre a été planifié de longue date. «Nous avons un manifeste, nous avons quelques écrits qui se rapportent à ce jour, à cet incident, et que nous évaluons», a déclaré John Drake, chef du département de police de Nashville.

Des plans de l'école privée chrétienne ont été trouvés, sur lesquels figurent entre autres des caméras de surveillance et des entrées. Selon ce document, le tireur aurait marqué des cartes détaillées de l'école.

La police part du principe que le meurtrier de 28 ans devait à l'époque se rendre dans l'établissement contre sa volonté. «On est convaincu qu'il y avait un certain ressentiment à devoir aller dans cette école et que c'est pour cette raison que cet incident a pu se produire», ont déclaré les autorités.

Le tireur avait des «troubles émotionnels»

Selon les informations de la police, le meurtrier suivait un traitement médical pour un «trouble émotionnel». Le jeune homme de 28 ans possédait sept armes à feu achetées légalement et les cachait dans la maison de ses parents, comme John Drake l'a déclaré mardi aux journalistes. Ses parents pensaient qu'il ne possédait qu'une seule arme et qu'elle avait été vendue.

Publicité

Le motif du crime n'est toujours pas clair, a poursuivi le chef du département de police de Nashville. Ses victimes à l'école primaire auraient été choisies au hasard. Celui-ci n'a pas donné plus de détails sur les «troubles émotionnels» de l'auteur ou sur le traitement qu'il recevait. Aiden Hale n'était pas connu de la police, a-t-il souligné.

* Noms connus de la rédaction


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la