Trêve sur le point d'expirer
De violents combats ont repris dans la capitale soudanaise, à Khartoum

Les violents affrontements entre l'armée soudanaise et les paramilitaires ont repris dimanche à Khartoum, alors qu'une fragile trêve de trois jours, qui n'a jamais été vraiment respectée sur le terrain, est sur le point d'expirer.
Publié: 30.04.2023 à 11:18 heures
De la fumée est visible à Khartoum, au Soudan, il y a quelques jours. Les factions en guerre qui tentent de prendre le contrôle du Soudan, pays d'Afrique de l'Est, ont plongé le pays dans le chaos et des milliers de personnes fuient la capitale, Khartoum, et les zones de combat avoisinantes.

Des millions de Soudanais sont pris au piège des bombardements et des tirs antiaériens depuis le déclenchement le 15 avril d'une impitoyable guerre de pouvoir entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et son numéro deux, le général Mohamed Hamdane Daglo, qui commande les Forces de soutien rapide (FSR), des paramilitaires particulièrement redoutés.

De violents affrontements ont repris dimanche à Khartoum, alors qu'une fragile trêve de trois jours, qui n'a jamais été vraiment respectée sur le terrain, est sur le point d'expirer.

Tout comme la première trêve, sa prolongation n'a pas fait taire les armes à Khartoum et d'autres régions, en particulier au Darfour. Ce cessez-le-feu arrive à expiration dimanche à minuit (22H00 GMT).

Les 5 millions d'habitants de la capitale barricadés

La guerre a fait 528 morts et 4599 blessés, selon des chiffres officiels largement sous-évalués, et les deux camps s'accusent mutuellement de violer la trêve.

Dimanche, des témoins ont fait état de combats près du quartier général de l'armée à Khartoum et de frappes aériennes à Omdurman, banlieue nord de la capitale.

«Il y a de très violents combats, des coups de feu résonnent dans ma rue toutes les quelques minutes depuis l'aube», rapporte un témoin à l'AFP.

Publicité

Alors que les combats entrent dans leur troisième semaine, les cinq millions d'habitants de la capitale, quand ils ne fuient pas, restent barricadés, essayant de survivre aux pénuries de nourriture, d'eau et d'électricité.

Des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées à l'intérieur du Soudan ou ont entrepris des voyages harassants vers les pays voisins, le Tchad, l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan du Sud.

Aucune solution diplomatique en vue

Les gouvernements étrangers ont évacué leurs ressortissants et des citoyens d'autres nationalités, surtout depuis Port-Soudan vers Jeddah, en Arabie saoudite, sur l'autre rive de la mer Rouge.

Malgré les appels de la communauté internationale, aucune solution diplomatique n'est en vue entre les deux rivaux en treillis, qui continuent de s'invectiver par médias interposés.

Publicité

«L'ONU intensifie ses efforts pour aider les personnes en quête de sécurité dans les pays voisins», assure sur Twitter son Secrétaire général Antonio Guterres, qui dit soutenir toute médiation africaine.

Selon l'ONU, 75'000 personnes sont déplacées à l'intérieur du pays et au moins 20.000 ont fui vers le Tchad, 4000 vers le Soudan du Sud, 3.500 vers l'Ethiopie et 3.000 vers la Centrafrique. Au total, jusqu'à 270.000 personnes pourraient fuir si la guerre continue.

Les autorités soudanaises indiquent que les combats touchent douze des 18 Etats qui composent ce pays de 45 millions d'habitants, l'un des plus pauvres au monde.

«La société s'effondre»

Selon l'ONU, une centaine de personnes ont été tuées depuis lundi à El-Geneina, chef-lieu du Darfour-Ouest, une région encore marquée par la sanglante guerre civile des années 2000.

Publicité

Les «violences armées entre tribus» ont causé la destruction de l'hôpital principal de la ville, affirme le ministère de la Santé.

Le chef de l'ONU a mis en garde contre une situation «terrible» au Darfour, où «la société s'effondre» avec «des tribus qui essaient désormais de s'armer».

Alors que le drame humanitaire empire, Médecins sans frontières (MSF) a annoncé avoir dû «arrêter la quasi-totalité de (ses) activités» à cause des violences.

Des rivaux jadis solidaires

A la tête des miliciens Janjawid, le général Daglo, dit «Hemedti», avait mené la politique de la terre brûlée au Darfour, sur ordre d'Omar el-Béchir, l'ancien dictateur renversé en 2019 par la rue.

Publicité

La guerre déclenchée en 2003 avait fait environ 300'000 morts et près de 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU. Depuis, les Janjawid ont évolué et ont officiellement donné naissance en 2013 aux FSR, supplétif paramilitaire de l'armée.

Aujourd'hui rivaux, les généraux Burhane et Daglo avaient pourtant fait front commun lors du putsch de 2021 pour évincer les civils avec lesquels ils partageaient le pouvoir depuis la chute d'Omar el-Béchir.

Mais des divergences sont ensuite apparues et, faute d'accord sur l'intégration des FSR dans l'armée, ont dégénéré en guerre ouverte.

(ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la