Photographié les pieds sur le bureau de Nancy Pelosi
Quatre ans et demi de prison pour une des figures de l'assaut

Un Américain, qui avait été immortalisé les pieds sur une table dans le bureau de l'élue démocrate Nancy Pelosi pendant l'assaut du Capitole, a été condamné mercredi à quatre ans et demi de prison. L'homme avait été jugé en début d'année.
Publié: 25.05.2023 à 06:56 heures
|
Dernière mise à jour: 25.05.2023 à 07:01 heures
Le sexagénaire s'était introduit dans le bureau de Nancy Pelosi au moment de l'assaut survenu en 2020.

L'image avait fait le tour du web. Celle de Richard Benett, posant les pieds sur une table dans le bureau de l'élue démocrate Nancy Pelosi pendant l'assaut du Capitole.

L'Américain a été condamné mercredi à quatre ans et demi de prison, a-t-on appris ce jeudi.

Le 6 janvier 2021, l'homme était entré dans le siège du Congrès avec des milliers de partisans de Donald Trump, au moment où les élus certifiaient la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle.

Il avait été photographié par l'AFP dans le bureau de la cheffe de la chambre des représentants de l'époque, Nancy Pelosi, les pieds sur un meuble. Le cliché avait fait le tour du monde et permis à la police de l'interpeller rapidement.

Selon le dossier d'accusation, ce partisan de la mouvance complotiste Qanon avait laissé un message insultant à la démocrate et volé une enveloppe qu'elle avait signée.

En début d'année, il a été jugé dans un tribunal fédéral à Washington et reconnu coupable, entre autres, d'"entrave à une procédure officielle», de «vol» et d'"intrusion dans un bâtiment officiel avec une arme dangereuse», en l'occurrence un bâton de marche capable d'envoyer des décharges électriques.

Publicité

Pendant son procès, le sexagénaire s'était montré défiant, assurant avoir été «poussé à l'intérieur» du Capitole par la foule. Il n'a manifesté aucun regret et «a cherché à capitaliser sur sa notoriété», en tentant de vendre des copies de la fameuse photo autographiée contre 100 dollars, ont souligné les procureurs dans un réquisitoire transmis au juge en amont du prononcé de la peine.

Plus de 1000 personnes ont été arrêtées depuis l'attaque et près de 300 condamnées à des peines de prison, avec un maximum de 14 ans pour un homme qui avait déjà un lourd casier.

Jeudi, ce sera le tour du fondateur de la milice d'extrême droite Oath Keepers, Stewart Rhodes, d'être fixé sur sa peine et il pourrait écoper d'une sentence bien plus lourde. En novembre, il a été reconnu coupable de «sédition», un chef d'inculpation rare et grave, et les procureurs ont requis 25 ans de réclusion.

(ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la