Mais pourtant «pas de guerre commerciale» avec Pékin
Biden veut tripler les droits de douane sur des produits chinois

Biden a assuré mercredi qu'il n'y avait «pas de guerre commerciale» avec Pékin lorsqu'il veut tripler les droits de douane sur l'acier et l'aluminium chinois pour préserver les travailleurs américains, nouvel appel du pied aux ouvriers en pleine campagne électorale.
Publié: 17.04.2024 à 18:57 heures
|
Dernière mise à jour: 17.04.2024 à 19:08 heures
Le président démocrate, qui espère être réélu en novembre, a appelé sa représentante au Commerce (USTR) à «envisager de tripler les droits de douane» actuels, de 7,5% en moyenne, imposés sur une partie de l'acier et l'aluminium chinois importés aux Etats-Unis.

Le président démocrate, qui espère être réélu en novembre, a appelé sa représentante au Commerce (USTR) à «envisager de tripler les droits de douane» actuels, de 7,5% en moyenne, imposés sur une partie de l'acier et l'aluminium chinois importés aux Etats-Unis.

L'administration Biden a également annoncé une enquête sur les mesures chinoises dans «les secteurs de la construction navale, du transport maritime et de la logistique».

Malgré tout, Joe Biden, qui est attendu mercredi à Pittsburgh (Pennsylvanie), ville au lourd passé industriel, a assuré qu'il ne cherchait pas le conflit commercial avec Pékin. «Il n'y a pas de guerre commerciale» avec la Chine, a-t-il lancé aux médias.

Le président démocrate veut convaincre qu'il est le meilleur allié des ouvriers et des syndicats, et se rendra au siège du syndicat des métallurgistes (USW). Il a récemment obtenu leur soutien pour l'élection, notamment grâce à son opposition au rachat du géant américain de la sidérurgie U.S. Steel par le japonais Nippon Steel.

L'USW avait au passage égratigné le candidat républicain, l'ancien président Donald Trump, qui tente lui aussi de gagner les voix des cols bleus et se présente comme le chantre de la relance de l'industrie manufacturière américaine. Et a promis d'augmenter largement les droits de douane s'il est élu.

«Sécurité économique et intérieure»

Le gouvernement américain a aussi annoncé l'ouverture d'une enquête «complète et approfondie» sur les «pratiques déloyales de la Chine dans les secteurs de la construction navale, du transport maritime et de la logistique».

Publicité

Elle sera conduite par la représentation américaine au Commerce et répond à une requête de syndicats du secteur qui dénoncent des politiques chinoises «bien plus agressives et interventionnistes que n'importe quel autre pays».

Des accusations «qui reflètent ce que nous avons déjà vu dans d'autres secteurs», a lancé la représentante américaine au Commerce Katherine Tai.

Pékin a dénoncé de «fausses accusations». L'enquête «interprète à tort des activités normales de commerce et d'investissement comme étant nuisibles à la sécurité nationale et aux intérêts des entreprises américaines», a estimé le ministère du Commerce dans un communiqué. Les Etats-Unis «rendent la Chine responsable de leurs propres problèmes industriels».

Les annonces américaines s'inscrivent dans un contexte de forte rivalité avec la Chine, malgré un dialogue renoué entre les deux pays, et des mesures pour limiter la dépendance des Etats-Unis à l'industrie chinoise.

Publicité

«L'acier fabriqué aux Etats-Unis reste essentiel à notre sécurité économique et intérieure. Les entreprises américaines doivent diriger l'avenir d'un acier plus durable», a souligné la Maison Blanche.

Or, actuellement, «les produits américains de haute qualité se trouvent en concurrence avec des alternatives artificiellement bon marché et produites avec des émissions de carbone plus élevées».

Surcapacité de production

L'administration Biden évoque des «inquiétudes croissantes selon lesquelles les pratiques commerciales déloyales de la Chine, notamment l'inondation du marché avec de l'acier vendu à un prix inférieur au coût du marché, faussent le marché mondial de la construction navale et érodent la concurrence».

Les inquiétudes quant à la surcapacité de l'industrie sidérurgique chinoise se sont accrues depuis le net ralentissement de son secteur de la construction, libérant des produits pour l'exportation.

Publicité

Face au ralentissement de l'immobilier qui tirait sa croissance, la Chine subventionne en effet massivement certaines industries, en dépit d'une demande internationale moins forte.

L'Union européenne a engagé un bras de fer avec Pékin, qu'elle accuse de fausser son marché en l'inondant de produits à bas prix, pas uniquement pour les métaux.

En Amérique latine, l'industrie sidérurgique s'inquiète et réclame des taxes à l'importation.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, une semaine après un déplacement à Pékin, a rencontré mardi à Washington son homologue chinois, dans le cadre des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale. La question de la surproduction de la Chine, notamment, a été abordée de nouveau.

Publicité

L'administration de Joe Biden revendique un doublement des investissements pour de nouvelles usines aux Etats-Unis depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2021, et la création de près de 80'000 emplois manufacturiers.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la