Nouveau plan d'action
Kim Jong Un inspecte le premier satellite espion nord-coréen

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a inspecté le premier satellite espion de reconnaissance militaire de son pays et donné le feu vert à son «futur plan d'action», a indiqué mercredi l'agence de presse officielle KCNA.
Publié: 17.05.2023 à 06:13 heures
Le leader nord-coréen Kim Jong Un à Pyongyang. Crédit: Korean Central News Agency.

Kim Jong Un a rencontré mardi le comité non-permanent chargé de préparer le lancement du satellite avant de l'inspecter, a rapporté KCNA. Mi-avril, le leader avait affirmé que sa construction était terminée et ordonné son lancement.

Cette annonce était intervenue une semaine après que Pyongyang eut assuré avoir réussi le premier lancement de son nouveau missile balistique intercontinental (ICBM) à combustible solide, une avancée majeure pour le programme d'armement nord-coréen.

Selon des analystes, il y a une concomitance technologique importante entre le développement d'ICBM et les capacités de lancement dans l'espace.

Mardi, «après avoir pris connaissance en détail des travaux du comité, (Kim Jong Un) a inspecté le satellite de reconnaissance militaire numéro 1, prêt à être chargé après avoir fait l'objet d'une dernière vérification de l'assemblage général et d'un contrôle de l'environnement spatial», a affirmé KCNA.

Principaux projets

Le leader a accusé les Etats-Unis et la Corée du Sud d'intensifier ce qu'il a qualifié de «manœuvres de confrontation» contre le Nord et déclaré que son pays exercerait son droit à l'autodéfense. Il a ensuite «approuvé le futur plan d'action du comité préparatoire», a ajouté KCNA.

Le développement d'un satellite de reconnaissance militaire était l'un des principaux projets en matière de défense présentés par Kim Jong Un en 2021.

Publicité

En décembre dernier, Pyongyang avait déclaré avoir procédé à un «test final important» pour le développement d'un satellite espion. Cette nouvelle avait aussitôt été remise en cause par des experts qui avaient affirmé que la qualité des images, censées avoir été prises depuis un satellite, était mauvaise. Pyongyang n'a pas donné de date de lancement, mais en avril, le dirigeant a exigé «qu'il soit lancé à la date prévue».

Soutien de la Chine et de la Russie?

L'an passé, la Corée du Nord avait déclaré que son statut de puissance nucléaire était «irréversible», fermant définitivement la porte à toute négociation sur son désarmement.

Selon des analystes, il est difficile pour Pyongyang d'effectuer une reconnaissance par satellite avec sa propre technologie et sans le soutien technologique de la Russie ou de la Chine.

Néanmoins, «les satellites de reconnaissance de la Corée du Nord étant un facteur important en cas de frappe préventive, ils représentent une menace importante pour le Sud», a estimé en avril à l'AFP Yang Moo-jin, président de l'université des études nord-coréennes de Séoul.

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la