Les médecins disaient qu'il était juste constipé
Un Britannique en bonne santé meurt deux semaines après son diagnostic de cancer

Les médecins lui avaient assuré que ce n'était rien de grave. Mais en réalité, ce Britannique de 46 ans était gravement malade. Sa constipation s'est avérée être un cancer violent. Moins de deux semaines après son diagnostic, le père de famille est décédé.
Publié: 22.02.2024 à 22:09 heures
1/7
En vacances à Tenerife, le père de famille s'est soudain senti mal.
Natalie Zumkeller

Tout a commencé en octobre dernier. Simon Atkins est originaire de Grande-Bretagne. Ce père de famille de 46 ans, sa femme Sara et leurs deux enfants Lucie, 13 ans et Jacob, 11 ans, étaient en vacances à Tenerife.

C'est dans ce cadre paradisiaque que l'Anglais a ressenti pour la première fois un sentiment de malaise. «Il n'était pas lui-même. Habituellement, tout le monde apprécie un petit verre et de la nourriture gratuite, mais il ne voulait rien avaler», explique la veuve au journal britannique «Sun». L'homme de 46 ans se plaignait de ballonnements, de constipation et d'éructations constantes.

«Il avait vraiment l'air d'être enceinte de neuf mois»

Ses symptômes ont persisté pendant toutes les vacances, et au-delà. Son état ne s'est pas amélioré, bien au contraire. Les proches du malade ont vite constaté que quelque chose n'allait pas. «Un jour, il est rentré à moto, mais il n'a pas pu enlever ses bottes. Il n'arrivait pas se pencher. Il avait l'air d'être enceinte de neuf mois», se souvient la veuve.

Un marathon médical a alors commencé. Pendant cinq semaines, Sara Atkins et son mari se sont rendus chez différents experts. Mais aucun d'entre eux ne délecte de cause grave à la souffrance de Simon. On lui diagnostique une simple constipation. Un médecin lui prescrit des laxatifs en lui promettant qu'il irait mieux dans quelques jours.

Il a refusé l'opération

Mais les choses ont empiré. Le couple a fini par se rendre à l'hôpital de Leicester en décembre. C'est là que les médecins ont posé le diagnostic qui a tout fait basculer: Simon était atteint d'un cancer. 

Les médecins ne parvenaient toujours pas à savoir où se trouvait l'origine de la maladie dans son corps. Plusieurs examens ont suivi, et l'état du père de famille a dégringolé. Il ne pouvait plus manger, boire ou dormir. Fin janvier, les spécialistes ont enfin pu lui annoncer qu'il souffrait d'un cancer de l'appendice très rare.

Publicité

Le père de famille aurait pu subir une opération pour retirer la muqueuse de son estomac. Mais à ce moment-là, l'homme de 46 ans était déjà trop mal en point pour subir une telle intervention. «Il suffisait de regarder Simon. Il n'avait plus que la peau sur les os à ce moment-là», se souvient sa femme. Même avec cette prise en charge, ses chances de guérison étaient quasiment nulles. Le malade a donc refusé l'opération.

Il a passé ses deux dernières semaines à la maison

Les médecins lui ont alors donné deux semaines de vie supplémentaires, jusqu'à l'été au maximum. Le Britannique n'avait plus beaucoup de temps. Il a décidé de passer ces derniers jours chez lui, auprès de sa famille. Il s'en est allé le 11 février, quelques semaines seulement après son diagnostic.

Le couple aurait fêté son dixième anniversaire de mariage en mars. Pour pouvoir le célébrer quand il était encore temps, sa femme lui a préparé son plat préféré, un steak. Cette mère de deux enfants s'est donné pour mission d'attirer l'attention sur cette forme de cancer insidieuse et ses symptômes bénins. Elle a voulu raconter son histoire pour sensibiliser la population. Pour financer les funérailles du pauvre homme, la famille a créé une page de dons. L'objectif de 1000 livres (1110 francs) a déjà été atteint depuis longtemps. Jusqu'à présent, plus de 6500 livres (7230 francs) ont été récoltées.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la