Le Royaume-Uni prend des mesures
Une grand-mère meurt mordue par deux chiens alors qu'elle garde son petit-fils

Deux chiens ont mordu à mort une vieille dame en Grande-Bretagne. Elle gardait son petit-fils quand les animaux l'ont soudainement attaqué. Les cas de ce type sont en augmentation au Royaume-Uni. Londres prend des mesures.
Publié: 06.02.2024 à 22:07 heures
1/5
Deux chiens ont tué Esther M. alors qu'elle rendait visite à son petit-fils.
Johannes Hillig

Elle voulait simplement garder son petit-fils et a fini déchiquetée par deux chiens. Esther M.* a perdu la vie à l'âge de 68 ans lors d'une terrible attaque survenue samedi à Jaywick, au Royaume-Uni.

Les animaux en question seraient deux American Bully. Cette race est née à la fin des années 1980 aux États-Unis d'un croisement entre l'American Pit Bull Terrier et l'American Staffordshire Terrier.

Esther M. n'a donc eu aucune chance lorsque les animaux se sont jetés sur elle. Les chiens appartiendraient à l'ex-mari de sa fille. La retraitée avait toujours eu peur des deux animaux. «Ma mère lui avait dit que les chiens étaient dangereux et assez agressifs», raconte sa fille aînée Sonia M. à la BBC.

Le garçon est sorti de la maison en criant

Lorsqu'Esther M. est venue lui rendre visite samedi, l'ex-mari a quitté la maison, laissant la grand-mère, le petit-fils et les chiens seuls. Peu après, six chiots qui se trouvaient également dans la maison ont commencé à se battre. Pour détourner l'attention des chiens, elle aurait pris un balai et l'aurait placé entre les chiots. Les deux grands chiens se sont alors jetés sur Esther M. et l'ont mordue.

Selon Sonia M., son neveu aurait «couru hors de la maison en criant» pour chercher de l'aide. Des voisins auraient tenté d'éloigner les chiens de la malheureuse. Sans succès. Lorsque les secours sont arrivés, il était déjà trop tard. Les deux chiens ont été abattus peu après par la police. L'ex-mari de sa fille a été arrêté.

Des conditions strictes

Ce n'est pas la première attaque mortelle causée par cette race. Selon le site web bullywatch, les american XL bullys, d'autres espèces de bully ou des bâtards sont désormais responsables de la plupart des attaques de chiens au Royaume-Uni. Le groupe a répertorié onze décès (et trois autres décès présumés) depuis 2021.

Publicité

Le gouvernement britannique a donc réagi. Depuis la semaine dernière, la détention de chiens sans autorisation est interdite en Grande-Bretagne et au Pays de Galles. Les dérogations sont soumises à des exigences strictes.

Ainsi, les propriétaires doivent prouver avant le 30 juin que leur XL bully a été castré, et avant fin 2024 pour les chiots de moins d'un an. Il est également exigé de souscrire à une assurance responsabilité civile pour les animaux domestiques. De plus, les chiens doivent porter une puce électronique. Les propriétaires risquent jusqu'à 14 ans de prison en cas d'attaque causée par leur animal.

Les défenseurs des animaux critiquent le fait qu'une interdiction ne résout pas les problèmes. Au contraire, les dangers pourraient augmenter car les chiens resteraient en vase clos. En outre, il y a trop peu de vétérinaires et de refuges pour faire face à une éventuelle augmentation des castrations et des euthanasies, ou pour reccueillir des XL bullys abandonnés.

* Noms connus

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la