La droite perd des points
Sahra Wagenknecht fait chuter l'AfD

En seulement quatre mois, l'AfD a chuté à 17 points de pourcentage au niveau national. Une partie des renégats cherche son bonheur auprès de la nouvelle alliance de Sahra Wagenknecht, qui devrait remporter ses premiers succès électoraux à l'automne.
Publié: 17.05.2024 à 11:14 heures
|
Dernière mise à jour: 17.05.2024 à 16:38 heures
Sahra Wagenknecht a autrefois fait de la politique pour Die Linke, mais elle a entre-temps créé sa propre alliance.
RMS_Portrait_AUTOR_242.JPG
Guido Felder

Lorsque la politicienne allemande de gauche Sahra Wagenknecht a lancé son propre parti à l'automne dernier, on a parlé d'un «remède miracle contre l'AfD». 61 pour cent des partisans de l'AfD avaient alors salué la création de l'«Alliance Sahra Wagenknecht» (BSW) comme une bonne, voire une très bonne chose.

Les derniers sondages sur les élections fédérales réalisés par l'institut Insa ont maintenant été évalués, et ils montrent deux tendances remarquables qui font jubiler Wagenknecht. Le BSW a atteint déjà un score de 7%, tandis que l'AfD a chuté au cours des quatre derniers mois de son record de 23% à 17%. Comment Sahra Wagenknecht fait-elle cela?

«Aspirer le potentiel électoral»

Pour Alexander Marguier, rédacteur en chef du magazine politique allemand Cicero, il est clair que les deux chiffres opposés sont liés. «Sahra Wagenknecht aspire le potentiel électoral de l'AfD», déclare-t-il à Blick. Mais il est difficile de dire quelle est l'ampleur réelle de cet afflux, car les gauchistes et les non-électeurs du camp bourgeois comptent également parmi les soutiens de Sahra Wagenknecht.

Quant aux renégats de l'AfD, il s'agirait surtout d'électeurs qui auraient initialement donné leur voix à l'alternative par pure protestation contre les partis établis. La politisation du parti à la limite de l'extrémisme de droite ou le personnel ne leur plaisent pas non plus, explique Alexander Marguier.

Les accusations d'espionnage à l'encontre d'un collaborateur du député européen Maximilian Krah ainsi que les gros titres en rapport avec l'extrême droite ont également contribué à la chute de l'AfD. Les procédures judiciaires, comme celles engagées contre Björn Höcke, qui a été condamné mercredi à une amende de 13'000 euros pour avoir prononcé des slogans nazis, n'ont pas non plus été favorables à l'AfD.

Les partis se ressemblent tant

L'AfD et le BSW se recoupent sur certains points. Ainsi, ils sont tous deux contre le style de politique perçu comme autoritaire à Berlin, contre la migration de masse, contre plus d'argent pour la protection de l'environnement, contre un renforcement des droits pour les personnes trans et pour des impôts plus élevés pour les riches et plus d'aide pour les pauvres. Les deux partis veulent également empêcher de nouvelles livraisons d'armes à l'Ukraine et amener les parties au conflit à la table des négociations.

Publicité

Quelles sont donc ce qui différencie les deux partis? Le BSW, de son côté, considère une immigration limitée comme un enrichissement et affirme explicitement qu'il rejette «les idéologies d'extrême droite, racistes et violentes de toutes sortes».

Succès en Allemagne de l'Est

Alexander Marguier prédit au BSW des élections réussies à l'automne dans les Länder de l'Est, à savoir la Thuringe, la Saxe et le Brandebourg. Dans ces Länder, l'AfD a en partie perdu sa suprématie dans les sondages, tandis que le BSW a pu progresser jusqu'à 15 pour cent.

Selon le rédacteur du magazine Cicero, le BSW devrait s'en sortir aussi bien parce que Wagenknecht est originaire d'Allemagne de l'Est et qu'elle a pu rallier à elle quelques candidats de premier plan qui suivent une ligne solide et pragmatique. «Je ne pense certes pas qu'un succès écrasant soit possible au niveau national. Mais il y a de grandes chances pour que l'OFAS fasse son entrée dans le gouvernement de certains Länder», déclare-t-il.

Lorsque deux partis ont autant de points communs, on pourrait penser qu'il pourrait y avoir des coalitions. «Il va de soi que nous ne ferons pas cause commune avec l'AfD», avait déjà déclaré Wagenknecht lors de la création de l'alliance. La manière dont se déroulent les débats, au cours desquels les dissidents sont diffamés et stigmatisés, est indigne d'une démocratie. C'est une déclaration qui devrait être d'autant plus valable après les derniers gros titres négatifs de l'AfD.

Publicité


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la