Escalade au Moyen-Orient
Israël promet une «riposte» à l'Iran, qui profère de nouvelles menaces

Israël a promis «une riposte» à l'attaque lancée ce week-end par l'Iran, malgré les appels venus du monde entier, y compris des Etats-Unis, à éviter une escalade au Moyen-Orient. De son côté, Téhéran a promis de répondre à toute opération de l'Etat hébreu.
Publié: 16.04.2024 à 12:09 heures
"Parallèlement à la réponse militaire aux tirs de missiles et de drones", le ministre israélien des affaires étrangères Israël Katz a lancé "une offensive diplomatique contre l'Iran" (archives).

«Nous déclarons fermement que la moindre action contre les intérêts de l'Iran entraînera certainement une réponse sévère, étendue et douloureuse contre tous ses auteurs», a déclaré le président iranien Ebrahim Raïssi.

L'Iran a pour la première fois lancé une attaque directe contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre le consulat iranien à Damas le 1er avril, attribuée à Israël, qui a tué sept membres des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique.

Israël va «riposter au lancement de ces si nombreux missiles de croisière et drones sur le territoire de l'Etat d'Israël», a déclaré lundi soir le chef d'état-major de l'armée israélienne, le général Herzi Halevi, en visitant la base de Nevatim, dans le sud du pays, touchée par une frappe.

«Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour protéger l'Etat d'Israël, et nous le ferons à l'occasion et au moment que nous choisirons», a affirmé le porte-parole de l'armée, Daniel Hagari, lui aussi présent sur la base.

«Parallèlement à la réponse militaire aux tirs de missiles et de drones», le ministre israélien des affaires étrangères Israël Katz a lancé «une offensive diplomatique contre l'Iran». Ce proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, considéré comme un des faucons du gouvernement, souhaite imposer des sanctions contre Téhéran, et faire reconnaître le corps des Gardiens de la Révolution islamique comme organisation terroriste, pour «affaiblir et freiner» l'Iran.

À cet effet, Israël Katz a dit avoir envoyé une lettre «à 32 pays» et s'être entretenu avec «des dizaines de ministres des Affaires étrangères et de personnalités du monde entier».

Publicité

La région, déjà «au bord du précipice»

Depuis dimanche, les appels se multiplient pour empêcher une riposte massive qui risquerait d'embraser davantage la région, déjà «au bord du précipice», selon le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Israël a annoncé avoir intercepté, avec l'aide des Etats-Unis et d'autres pays alliés dont la France et le Royaume-Uni, mais aussi la Jordanie et l'Arabie saoudite, la quasi-totalité des 350 drones et missiles lancés par l'Iran contre son territoire. L'opération défensive a été baptisée «Bouclier de fer».

Benjamin Netanyahu a appelé lundi la communauté internationale à «rester unie» face à «l'agression iranienne, qui menace la paix mondiale».

Mais après avoir fait front avec leurs alliés contre l'attaque iranienne, les Etats-Unis ont dit ne pas vouloir «d'une guerre étendue avec l'Iran» et prévenu qu'ils ne participeraient pas à une opération de représailles, tout en affichant leur soutien «inébranlable» à Israël. Le Royaume-Uni et la France ont eux aussi pris leurs distances.

Publicité

«Ensemble, avec nos partenaires, nous avons vaincu cette attaque» iranienne, a déclaré lundi le président américain Joe Biden. Il a appelé Israël à éviter une escalade régionale et à oeuvrer à un «cessez-le-feu» associé à une libération des otages retenus dans la bande de Gaza, où l'armée israélienne mène depuis plus de six mois une offensive meurtrière contre le Hamas.

La loi du Talion, entre Tel-Aviv et Téhéran

Depuis le début de la guerre le 7 octobre dans le territoire palestinien, les tensions n'ont cessé de s'aggraver au Moyen-Orient, impliquant Israël et l'Iran et leurs alliés respectifs.

La République islamique s'était gardée jusqu'à présent de l'attaquer frontalement. Les deux pays avaient l'habitude de s'affronter par tiers interposés, comme le Hezbollah libanais et les rebelles yéménites houthis, alliés de l'Iran.

Dans ce contexte, le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi s'est entretenu au téléphone avec son homologue iranien, Hossein Amir-Abdollahian, a rapporté mardi l'agence officielle Chine nouvelle, précisant que Téhéran avait exprimé sa «volonté de retenue».

Publicité

Pendant ce temps, la guerre ne connaît aucun répit dans la bande de Gaza, bombardée pendant la nuit de lundi à mardi. L'armée israélienne avait affirmé que l'attaque iranienne ne la ferait pas dévier de ses objectifs face au Hamas, allié de l'Iran.

Le mouvement islamiste continue à réclamer un cessez-le-feu définitif, tandis que Benjamin Netanyahu maintient son projet d'offensive terrestre contre la ville Rafah, dans le sud du territoire, qu'il présente comme le dernier grand bastion du Hamas et où, selon l'armée, des otages sont détenus.

L'armée israélienne a annoncé mardi avoir poursuivi ses opérations dans le centre de la bande de Gaza et avoir tué avec des tirs de chars «des terroristes qui s'avançaient vers eux». Des avions de combat ont détruit un lanceur de missiles ainsi que des dizaines «de tunnels et de bases militaires où se trouvaient des terroristes du Hamas», selon l'armée.

(ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la