Avec 59% des voix, après un premier dépouillement
Favori des sondages, le Centriste Bernardo Arevalo remporte le scrutin

Le candidat surprise de l'élection présidentielle au Guatemala, Bernardo Arevalo, objet de tentatives de disqualification pendant la campagne électorale, a remporté dimanche le second tour du scrutin avec la promesse d'en finir avec la corruption.
Publié: 21.08.2023 à 07:28 heures
Bernardo Arevalo a obtenu 59% des voix après le dépouillement de 95% des suffrages (Archives).

«Heureusement, nous avons déjà une tendance extrêmement importante», a déclaré Irma Palencia, présidente du Tribunal suprême électoral (TSE), en annonçant que Bernardo Arevalo avait obtenu 59% des voix après le dépouillement de 95% des suffrages, contre 36% à sa rivale, l'ancienne Première dame Sandra Torres.

Le scrutin s'est déroulé sans qu'aucun «incident significatif» ne soit signalé, avait indiqué plus tôt le TSE, soulignant sans plus de précision un «pourcentage historique de participation».

Les deux candidats en lice, Bernardo Arevalo, 64 ans, et Sandra Torres, 67 ans, se réclament tous deux de centre gauche. Mais si le premier cristallise les espoirs de changement dans un pays profondément inégalitaire, sa rivale est considérée comme la représentante de l'establishment.

L'opposante Sandra Torres, soutenue par la droite et des évangélistes

A la tête du parti Unité nationale de l'espoir (UNE), Sandra Torres a promis des programmes d'aide sociale et diverses subventions pour les pauvres. Cependant, elle a gagné le soutien de la droite et des évangélistes et multiplié les discours conservateurs. «Les forces traditionnelles ont misé sur Torres, car Arevalo est considéré comme un risque pour la continuité du système», souligne auprès de l'AFP l'analyste politique Arturo Matute.

L'ancienne épouse de l'ex-président de gauche Alvaro Colom (2008-2012) bénéficie du soutien silencieux du président sortant Alejandro Giammattei, dont le mandat a été marqué par la répression contre les magistrats et les journalistes qui dénonçaient la corruption. Elle a aussi l'appui de la puissante élite économique alliée au gouvernement.

Celle qui a focalisé sa campagne sur la lutte contre les bandes criminelles et contre la pauvreté, a multiplié les attaques contre son rival, qu'elle a qualifié d'"étranger» car né en Uruguay durant l'exil de son père.

Publicité

Dans la dernière ligne droite de la campagne, vendredi, elle a même mis en doute la partialité du processus électoral, se disant «préoccupée par toute altération des données» de comptage des voix par les personnes habilitées du TSE.

Selon le dernier sondage mercredi, Bernardo Arevalo était crédité de 50% des intentions de vote, largement devant Sandra Torres, plusieurs fois candidate malheureuse à la présidence par le passé, avec 32%. Dans la ville indigène de San Juan Sacatepéquez, à une trentaine de kilomètres de la capitale, les électeurs ont dit leurs espoirs de changement.

Plusieurs procédures visaient le favori des sondages

«On ne peut plus vivre nulle part car il y a beaucoup de criminalité», a déploré Maria Rac, une femme au foyer de 66 ans. Efrain Boch, un camionneur de 47 ans, a dit espérer que le nouveau président «s'attaque à la corruption qui nous affecte».

«Nous sommes confiants: le gagnant sera le peuple du Guatemala», a déclaré Bernardo Arevalo après avoir voté dans un lycée de la capitale. Sandra Torres n'a elle fait aucune déclaration après avoir introduit son bulletin dans l'urne.

Publicité

Qualifié à la surprise générale lors du premier tour, Bernardo Arevalo cristallise les espoirs de changement, notamment parmi les jeunes qui représentent 16% des 9,4 millions d'inscrits. «Nous avons été les victimes, les proies, de politiciens corrompus pendant des années», a-t-il déclaré mercredi. «Voter, c'est dire clairement que c'est le peuple guatémaltèque qui dirige ce pays, et non les corrompus», a-t-il assuré.

La spectaculaire percée de Bernardo Arevalo inquiète les élites économiques et politiques du pays, perçu comme un danger pour leurs intérêts, et le ministère public a multiplié les procédures à son encontre. Sur avis du parquet, un juge avait ordonné le 12 juillet la suspension de son parti Semilla pour de supposées irrégularités lors de sa création en 2017.

La Cour constitutionnelle avait suspendu cette décision, annulée vendredi par la Cour suprême. La veille, le procureur Rafael Curruchiche, sanctionné pour «corruption» par Washington, avait annoncé de possibles arrestations à venir de dirigeants de Semilla. Communauté internationale et analystes considèrent que les procédures du ministère public tentent d'écarter M. Arevalo de l'élection.

Trois décennies après la fin de sa brutale guerre civile, le pays le plus peuplé d'Amérique centrale est enlisé dans la pauvreté, la violence et la corruption, ce qui pousse chaque année des milliers de Guatémaltèques à émigrer. Le nouveau président prendra ses fonctions le 14 janvier 2024.

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la