Afghanistan
Les familles enterrent leurs morts à Kunduz, après l'attentat

Une foule en deuil s'est rassemblée samedi dans un grand cimetière à Kunduz (nord de l'Afghanistan) pour les funérailles des victimes de l'attentat-suicide qui a fait la veille au moins 60 morts dans une mosquée chiite de la ville, a constaté l'AFP.
Publié: 09.10.2021 à 14:33 heures
L'attentat le plus meurtrier depuis le départ des Américains d'Afghanistan.

Un fossoyeur a indiqué à l'AFP que 62 tombes avaient été creusées après cet attentat, dont le bilan final pourrait approcher la centaine de tués.

Un kamikaze du groupe Etat islamique (EI) a déclenché sa veste explosive dans la mosquée Sayed Abad, bondée pour la grande prière du vendredi.

Selon le groupe djihadiste, le kamikaze était surnommé «Mohammed le Ouïghour», laissant entendre qu'il faisait partie de la minorité musulmane chinoise, dont certains membres ont rejoint l'EI.

C'est l'attentat le plus meurtrier depuis le départ des derniers soldats américains et étrangers d'Afghanistan, le 30 août.

Les talibans, au pouvoir dans tout le pays, se sont engagés à protéger toutes les communautés, mais les chiites de Kunduz ont été traumatisés par l'attentat.

Les parents d'un adolescent de 17 ans, Milad Hussain, ont assisté en larmes à l'inhumation de son cercueil. Son oncle, Zemarai Mubarak Zada, a assuré que son neveu voulait devenir médecin, comme lui.

Publicité

«Il était calme, parlait peu», a confié son oncle à l'AFP. «Il voulait aller à l'université, se marier. Nous sommes dévastés».

Après une prière islamique, les fossoyeurs ont commencé à ensevelir sa tombe sous des pelletées de terre, sous les yeux de la famille éplorée. Cette scène s'est répété des dizaines de fois samedi dans ce cimetière surplombant Kunduz.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la