Certaines destinations deviennent intéressantes
Alors que le franc s'affaiblit, voici ce qu'il faut savoir sur les taux de change

Le franc s'est déprécié par rapport à de nombreuses monnaies importantes. Certaines destinations sont toutefois intéressantes en termes de vacances. Tour d'horizon.
Publié: 09.07.2024 à 19:10 heures
|
Dernière mise à jour: 09.07.2024 à 19:28 heures
L'affaiblissement du franc rend les pays scandinaves comme la Suède attractifs en tant que destination touristique.
Thomas Marti
Thomas Marti

Depuis le début de l'année, le franc suisse s'est déprécié par rapport à neuf des dix principales monnaies des pays du G10 – seule la devise japonaise a évolué encore plus faiblement. Le franc a enregistré les plus faibles pertes de cours par rapport à la couronne norvégienne (-3,3%) et à la couronne suédoise (-3,4%). Les plus fortes hausses ont été enregistrées par la livre britannique (+6,5%), le dollar américain (+6,1%) et le dollar australien (+5,5%).

Les pertes de cours du franc au cours des six derniers mois restent toutefois une goutte d'eau dans l'océan. En comparaison, sur cinq ou dix ans, la monnaie locale reste l'une des devises les plus stables au monde. Sur dix ans, le franc a cependant perdu sa place de leader dans le groupe G10 au profit du dollar américain. Durant cette période, le billet vert a progressé de 1,65% par rapport au franc.

Publicité

Une bénédiction pour les investisseurs suisses

Le léger affaiblissement du franc est une bénédiction pour les investisseurs suisses engagés dans les actions américaines. Les revenus totaux cumulés en francs suisses sont impressionnants. Ils comprennent les gains sur le cours des actions, les dividendes versés ainsi que les variations de change. Le rendement total au premier semestre s'élève à 3,6% pour l'indice Dow Jones, à 24,7% pour l'indice S&P 500 et même à 31,4% pour le Nasdaq.

L'exemple du Japon montre d'autre part comment les pertes de change peuvent réduire considérablement les gains de cours positifs sur les marchés boursiers. Le Nikkei, principal indice boursier japonais, a augmenté de 59% en monnaie locale au cours des deux dernières années. Converti en francs suisses, il n'en résulte qu'un rendement de 25%.

Les bourses d'Istanbul et de Buenos Aires se sont nettement mieux comportées, bien que les pertes de ces deux paires de devises par rapport au franc suisse soient énormes. L'indice turc Borsa Istanbul a augmenté de 357% en deux ans. En francs suisses, la hausse est de 119%. La bourse argentine a allumé un véritable feu d'artifice: l'indice Merval a augmenté de 1650% en 24 mois. En francs suisses, le rendement a été de 130%.

La force du franc persiste à long terme

Malgré les pertes de cours, dues en premier lieu aux deux baisses de taux d'intérêt de la Banque nationale suisse (BNS), le franc est tiré vers le haut à moyen et long terme par des fondamentaux solides. Une dette publique faible, une inflation basse, une démocratie stable, des conditions politiques claires, un niveau de vie élevé, des secteurs de l'industrie et des services efficaces et innovants et une banque centrale conservatrice sont autant de facteurs qui font la force de la devise locale.

Publicité

Les devises fondamentalement faibles suivent également des tendances macroéconomiques à long terme. Les indicateurs économiques typiques des pays à monnaie faible sont des taux d'inflation élevés, une dette publique énorme ou encore un déficit record de la balance commerciale. Parmi les pays ayant une monnaie faible au cours des douze derniers mois, le peso argentin par rapport au franc se distingue avec une perte de valeur de 71%, la lire turque (-19%), le réal brésilien (-14,8%) ou le peso chilien (-14,3%).

La Turquie montre à quel point il est difficile pour un pays de sortir de la spirale monétaire négative. Depuis le début de l'année, le pays tente de maîtriser l'inflation record de 75% en augmentant massivement les taux d'intérêt. Parallèlement, les politiciens économiques turcs ont progressivement tenté de supprimer les contrôles de capitaux souples et les restrictions sur les transactions de devises afin de réintégrer les marchés turcs dans l'ordre international.

Ces mesures n'ont toutefois pas conduit à une monnaie plus stable. Au contraire, dans ce scénario, le marché des changes a commencé à présenter un schéma de volatilité plus réel, avec des fluctuations intrajournalières plus importantes. Le problème fondamental se confirme une fois de plus ici, à savoir que la juste valeur n'a pas encore été atteinte malgré des mesures de grande envergure, écrit l'expert en devises Tatha Goshe de la Commerzbank dans un commentaire publié lundi.

La pression sur la lire turque se poursuit

Le contrôle de l'inflation n'a pas encore porté ses fruits, c'est pourquoi le marché des changes n'est pas dupe de la baisse largement attendue des taux d'inflation en glissement annuel. D'autres mesures de l'inflation, par exemple le coût de la vie à Istanbul, enregistrent un taux d'inflation supérieur d'une bonne dizaine de points de pourcentage à l'indice officiel des prix à la consommation.

Publicité

Enfin, la dévaluation de la lire elle-même continue d'être un facteur inflationniste. C'est pourquoi il n'existe qu'une seule possibilité de stabiliser la monnaie turque: «Nous soulignons que la question de savoir ce qui est finalement nécessaire pour stabiliser l'inflation et le taux de change va reprendre de l'importance avec l'assouplissement d'autres contrôles de capitaux», explique l'expert en devises de la Commerzbank. La pression sur la lire turque devrait donc se poursuivre.

Ces destinations de vacances sont intéressantes

Selon les données de Bloomberg, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne et les États-Unis sont relativement chers en termes de parité de pouvoir d'achat pour la saison des vacances à venir. L'Australie, la zone euro, les pays scandinaves, le Canada et le Japon sont nettement plus intéressants.

Les commentaires des touristes australiens après leur voyage en Europe montrent à quel point l'Australie est actuellement «bon marché». Ainsi, une Australienne s'est plainte à l'agence de presse Bloomberg des prix exorbitants après un voyage de quatre semaines en Grande-Bretagne, en Italie et en Grèce. «C'était définitivement cher, partout», a déclaré la voyageuse. Les prix des menus semblent être les mêmes qu'en Australie, mais ils coûtaient presque le double. En Grèce, un cocktail coûtait 20 euros, soit environ 40 dollars australiens.

La monnaie la plus importante pour les vacanciers suisses reste l'euro. Celui-ci cote à 0,96 franc, à peu près au niveau de l'été 2023. Il ne faut pas s'attendre pour l'instant à un euro nettement plus fort ou plus faible. D'une part, la Banque centrale européenne (BCE) est à la traîne de la BNS dans le cycle de baisse des taux d'intérêt. D'autre part, la BNS devrait s'efforcer de ne pas laisser le franc devenir trop fort. La Banque Raiffeisen s'attend à un cours de 0,95 franc à l'horizon d'un an, selon ses prévisions de change de mercredi. La Banque cantonale de Zurich ne veut pas exclure à court terme une avancée jusqu'à la parité, mais voit également la valeur européenne à 0,95 franc dans douze mois.

Publicité

L'Italie est la moins chère

Reste à savoir quels pays européens sont les moins chers ou les plus chers sur la base de la parité du pouvoir d'achat. En décembre dernier, l'Office fédéral de la statistique (OFS) a compilé les chiffres d'Eurostat. Les parités de pouvoir d'achat représentent le pouvoir d'achat de la monnaie nationale des différents pays. Dans leur forme la plus simple, les parités de pouvoir d'achat sont des rapports de prix pour un produit identique dans deux pays ou plus, dans les monnaies nationales respectives.

Si, par exemple, un kilo de pommes Granny Smith de qualité A coûte deux euros en France et cinq francs en Suisse, la parité de pouvoir d'achat en Suisse est de 2,50 francs pour un euro par rapport à la France. Ces rapports de prix simples sont ensuite agrégés au produit intérieur brut sur des groupes de produits plus importants, poursuit l'OFS.

Selon ce calcul, l'Italie est la mieux placée avec une parité de pouvoir d'achat de 1,01 franc pour un euro pour les biens de consommation individuels, suivie de la France avec 1,07 franc pour un euro. L'Allemagne se situe dans la moyenne avec 1,09 franc par euro, suivie de la «chère» Autriche avec 1,16 franc par euro.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la