Une bonne tasse fumante
Découvrez l'AeroPress, plus qu'un truc de hipster pour faire son café

Depuis plusieurs années, l'AeroPress rencontre un franc succès chez les amateurs de café. Blick vous explique pourquoi.
Publié: 29.05.2022 à 11:55 heures
|
Dernière mise à jour: 31.05.2022 à 17:20 heures
Blick_Jessica_Chautems.png
Jessica ChautemsJournaliste Blick

L’AeroPress, vous en avez déjà entendu parler? Ce n’est pas un avion révolutionnaire, ni un extracteur de jus de fruits particulièrement puissant. Il s’agit d’un système d’infusion manuel qui permet de faire une bonne tasse de café avec peu de matériel. Parce que oui, quand on s’intéresse vraiment au café, ça peut vite devenir très compliqué. Machine à expresso ultra-chère (jusqu’au prix d’une voiture d’occasion), balance de haute précision, bouilloire qui se règle au degré prés ou encore chronomètre, le choix de l’équipement peut faire perdre la tête. Au milieu de tout ça, l’AeroPress fait plutôt gringalet. Pourtant, même pour les aficionados du café, c’est une des méthodes de choix pour révéler les saveurs de ce breuvage.

Classé dans la catégorie des méthodes «à filtre», le mécanisme de l’AeroPress est simple: dans un tube, au bout duquel un filtre a été placé, une petite quantité de café moulu est infusée dans de l’eau chaude.

Après quelques dizaines de secondes, le mélange est pressé manuellement à l’aide d’un piston. Et voilà, le tour est joué! Il n’est cependant possible de ne faire qu’une seule tasse à la fois.

L’AeroPress est une invention plutôt récente: elle est née dans l’esprit d’Alan Adler en 2004. Ce n’est pas n’importe qui, puisqu’il est déjà le père de l’Aerobie, ce frisbee en caoutchouc coloré en forme d’anneau. C’est d’ailleurs de là que vient le nom de l’AeroPress. Apparement, cela ne lui suffisait pas d’être un ingénieur de génie dans une seule catégorie.

Mais c’est surtout au cours de ces dernières années que le produit a connu un véritable essor. Cet ingénieux système est vendu dans plus de 80 pays autour du globe. Une véritable communauté s’est même constituée autour de cet objet dans le petit monde des fans de café. Et ce n’est pas tout: les utilisateurs et utilisatrices font preuve de beaucoup de créativité pour détourner l’objet. À tel point que de nombreux championnats d’AeroPress ont lieu chaque année, en Suisse aussi!

La recette du succès

Mais pourquoi cette cafetière en plastique remporte-t-elle autant de succès? Parce que c’est un système durable, portable et facile à utiliser, analyse Kewin Ammann, expert en café et copropriétaire du Vaga Bon Café à Lausanne. Selon lui, l’AeroPress est idéale en voyage, car facile à prendre dans son sac. Comme à la maison, il suffit d’avoir de l’eau chaude et, évidemment, du café moulu.

Publicité

Pro tip n°1: Un café déjà moulu perd ses délicates saveurs en quelques jours. Pour l’apprécier dans toutes sa complexité, il vaut mieux acheter du café en grain et le moudre petit à petit. Vous n’avez pas de moulin à la maison? Pas de soucis, rétorque Kewin Ammann, les appareils de la Coop ou la Migros sont tout à fait performants. Pour les puristes: vous pouvez mettre une toute petite quantité de grains dans le moulin pour le «nettoyer» et éviter des contaminations avec d’autres sortes de café.

Pour se lancer dans l’exploration du café de ses multiples saveurs, l’AeroPress est une solution pratique et peu coûteuse (il faut compter entre 30 et 40 francs). Là, pas besoin de sortir sa balance pour peser son café moulu au demi-gramme près. La cuillère doseuse et le tube gradué permettent de mesurer toutes les quantités en volume, pratique si l’on souhaite expérimenter facilement différentes recettes et méthodes. Parce que c’est là tout l’intérêt de l’AeroPress: on peut simplement faire varier les différents paramètres pour obtenir des résultats différents. Et ces paramètres sont nombreux – quantités d’eau et de café, temps d’infusion et de pression, mouture et qualité du café, température de l’eau… Ces variations, qui peuvent sembler très subtiles au premier abord, influencent en fait significativement le goût de votre tasse le matin.

Plus qu’un concentré de caféine

Mais qu’on se le dise, si vous utilisez du café M-Budget ou Prix Garantie, vous n’allez pas forcément être ébloui. Si l’on souhaite s’amuser un peu plus, cela vaut la peine d’acheter du café dit «de spécialité», par opposition au café que l’on trouve en grande surface (dit «de commodité»). De manière générale, pour toutes les méthodes à filtre, il est conseillé de choisir des cafés à torréfaction légère, plus aromatiques. Mais laissez-vous conseiller par les pros, ils sauront quoi vous proposer pour explorer au mieux le potentiel de votre AeroPress.

Vous pensez tenter l’expérience? Voici la recette de base, selon Kewin Ammann:

Publicité

1. Après avoir inséré le filtre, ajoutez 1 cuillère doseuse – fournie avec l’AeroPress – de café (mouture grosseur «sel de table») et posez l’appareil sur une tasse.

2. Ajoutez de l’eau chaude (environ 94°C) jusqu’à marque «3» sur le tube.

3. Enfoncez le piston sur deux centimètres et tirez-le a nouveau légèrement en arrière. Le piston doit rester engagé dans la tube. Il s’agit de créer un vide d’air pour empêcher le café de s’écouler à travers le filtre pendant l’infusion.

4. Après 2 minutes et demie d’infusion, agitez l’AeroPress.

Publicité

5. Pressez, de manière lente et continue, pendant environ une trentaine de secondes, jusqu’à ce qu’un souffle se fasse entendre.

6. Désengagez le piston et nettoyez-le. Vous pouvez maintenant déguster votre café!

Ce n’est qu’un des méthodes possibles. En ligne, il est possible de trouver quantité de ressources. La communauté est vraiment prolifique.

Pro tip n°2: Utiliser de l’eau bouillante (100°C) dans l’AeroPress n’est pas idéal. Et si vous n’avez pas de bouilloire super fancy qui permet de choisir sa température, il suffit de bouillir son eau et de la laisser refroidir pendant 30 secondes. Cela suffira pour atteindre une température plus adéquate de 92-96°C.

Publicité

Un café fait avec une AeroPress reste du café filtre et ne conviendra pas forcément aux personnes souhaitant un café puissant, avec beaucoup de corps (c’est-à-dire un café très serré), rappelle Kewin Ammann. C’est plutôt pour les personnes qui cherchent à découvrir la complexité du goût du café, de l’acidité à l’amertume en passant par le sucré pour trouver tasse à son pied, ou plutôt à sa bouche.

Alors, convaincu? Prochain rendez-vous championnat d’AeroPress en Suisse, le 24 septembre de cette année.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la